Apside NANTES : PROJECTL@B 2017

Est-il trop tard pour nous souhaiter nos meilleurs vœux ? Et bien peu importe, Il est toujours temps pour nous encourager à accomplir de belles choses. L’année court et l’agence a déjà pris un bel élan pour atteindre ses perspectives. En effet celle-ci commence par la mise en place d’un foisonnement de nouveautés. De nouveaux projets en interne mais pas que.

Nous (consultants) disposions de liens privilégiés avec le staff, voici que nos métiers se structurent également ! Du vertical et de l’horizontal pour souder les compétences, les ambitions et Apsidiens autour de noyaux motivants et participatifs. C’est dans cette démarche que le Project Lab s’inscrit.

L’idée est simple : se retrouver entre acteurs projets, aussi diverses soient ils (AMOA, chef de projet, PO, proxy PO… venant du milieu de la banque, du transport, de la grandes distri, …)

  • Pour ouvrir nos perspectives, car l’horizon de nos métiers dépasse bien généralement les pratiques quotidiennes de nos missions en cours.
  • Pour découvrir et surtout expérimenter, au travers d’ateliers pratiques, des outils ou des méthodologies applicables dans nos missions. Se constituer une boite à outils projet en somme.

Tout juste lancé, le Project Lab va continuer d’être façonné, cadré et outillé par ses membres. Pour l’heure, le premier atelier a permis de consolider les attentes, les curiosités et (une partie) des connaissances que souhaitent transmettre les participants. Les chiffres sont éloquents et la tâche aussi immense qu’excitante : 17 participants, 16 grandes thématiques et 91 sujets recueillies. Ces sujets vont vivres, de nouveaux vont être agrégés, certains deviendront obsolètes, accompagnant ainsi notre montée collective en compétences. Darwinisme classique du cycle de vie des idées !

Ce que je nous souhaite ? Que l’intérêt palpable pour le Project Lab fasse des émules. Aussi bien pour d’autres corps de métiers, que pour des agences qui souhaiteraient reprendre cette initiative.

Nous avons encore tout à monter, tout à prouver, mais la démarche est posée et les Apsidiens répondent à l’appel ! Une preuve de plus s’il en fallait que nous avons de la ressource et l’envie de partager. D’ailleurs, comme le dit (disait, le bougre a disparu il y a maintenant 2500 ans) Thucydide « Avoir des connaissances sans les partager, c’est se mettre au niveau de celui qui n’a pas d’idées. » Et il n’a fallu qu’un atelier pour monter qu’ici, on n’en manque pas !

Mes petites expériences de prof de maths pendant mes études, et aujourd’hui de formateur m’ont montré que c’est en tentant de partager nos connaissances que nous prenons pleinement conscience de leurs limites. La première étape pour les repousser.

J’espère que cette idée vous émoustille autant que moi. Car rien ne me déconcerte plus que de me retrouver face à une problématique sans réponses, sachant pertinemment qu’un de mes collègues a certainement la solution, sans pouvoir trouver cette personne.

A bientôt pour le prochain Lab !